Dernière mise à jour 16/12/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Aucun produit en provenance du nord de Tokyo dans les cantines !

Mabesoone_LM_24-01-12.jpgAi-je vraiment bien fait de rester au Japon ?

Après cette journée, pourtant tant attendue, du 24 janvier 2011, je me le demande plus que jamais…

Aujourd’hui, avec notre groupe de parents, il était convenu que nous soyons reçus à la préfecture par le Gouverneur de Nagano. Nous avions obtenu auprès du gouverneur en personne lors de la rencontre publique du 20 décembre dernier où nous l’avions questionné sur le problème des débris radioactifs et des cantines scolaires. Après la rencontre, le Gouverneur ABE était revenu sur sa décision d’accepter des débris radioactifs du Nord-Est. Mais le problème des cantines scolaires restait à régler.

Or, la semaine dernière, le secrétaire du Gouverneur nous a informé que M. ABE avait un autre rendez-vous important et que nous devrions nous contenter du Vice-Gouverneur et du chef de section des mesures anti-radioactivité. J’avais déjà un mauvais pressentiment [1] .

Bon… devant le Vice-Gouverneur et le chef de section, j’ai quand même pris la parole, au nom de la quinzaine de parents présents.

J’ai distribué plusieurs exemplaires d’articles de Bandajevsky et de Babenko puis j’ai expliqué les risques de la contamination alimentaire chronique pour les enfants, de la façon la plus factuelle et scientifique possible. J’ai montré que même pour l’IRCP, un seul becquerel de césium 137 ingéré chaque jour donnait 200 bq en permanence dans le corps au bout de 400 jours. Que ceci faisait déjà 10 bq par kg de masse corporelle pour un enfant de 20 kg : exactement le seuil à partir duquel les maladies commencent, chez les enfants en Biélorussie.

Je sentais bien que je dérangeais : les fonctionnaires demeuraient dans un silence de mort.

Surtout quand j’ai conclu :

« À ce rythme, la plupart des enfants de l’Est du Japon seront malades ou maladifs dans 10 ans. »

Et j’ai ajouté :

« Monsieur le chef de section des mesures anti-radioactivité, je sais que la préfecture dispose actuellement de deux moniteurs de becquerels. Pouvez-vous m’indiquer de quels appareils il s’agit et quelle est leur limite de détection ? »

J’ai du reposer ma question cinq fois au moins. Bref, le « chef de section » ne connaissait même pas les caractéristiques de ses deux pauvres machines ! Le pire, c’est qu’il fuyait mes questions avec un ricanement incroyablement condescendent et moqueur…

On a finit par appeler un « fonctionnaire de base », Monsieur O., qui lui, était vraiment charmant. Ouf ! Il nous a expliqué qu’ils ne disposaient pour l’instant que d’une machine Campbell et une Seiko, avec plaque germanium sensible en dessous de 1 becquerel (20 heures de mesure). Ca ne vaut pas l’Atomes AT1320A [2]  pour le rapport précision/temps de mesure, mais c’est suffisamment précis. Monsieur O. m’a confirmé que la préfecture avait passé commande de 4 machines supplémentaires (Techno Ap / NT 300B-50) mais que celles-ci avait une limite de détection de 20 bq/kg seulement. Il m’a assuré, cependant, que ces machines contrôleraient 24 ingrédients de cantines (école maternelle au collège) par jour, et que toutes les mesures autres que « Non Detected » seraient refaites par les deux machines plus précises. À la suite de cela, tous les ingrédients testés avec plus de 1 bq/kg seraient retirés définitivement des cantines. Il a reconnu que ceci ne représenterait qu’une quantité infime de tous les ingrédients utilisés dans toutes les cantines, mais que les produits venant du Nord-Est seraient testés en premier…

Nous nous sommes regardés entre parents, à la fois touchés par sa bonne volonté, mais aussi par son impuissance avouée…

Alors, j’ai distribué à tous les fonctionnaires le menu de la cantine du Lycée Français de Tokyo [3] .

Il est indiqué en caractères rouges la promesse très simple que toutes les écoles japonaises devraient faire à leurs élèves et qu’elles ne feront jamais, « pour protéger l’agriculture » : AUCUN PRODUIT EN PROVENANCE DU NORD DE TOKYO

J’ai demandé à M. I, chef de section toujours ricanant, de mettre en place le même principe de précaution ce qui permettrait en outre d’utiliser les rares machines disponibles de façon plus efficace. Il m’a répondu, sur un ton plus moqueur que jamais :

« Il n’existe pas de procédure légale pour que la préfecture impose un choix d’aliments aux cantines des différentes communes »

Alors que M. O venait de m’expliquer que « tous les ingrédients testés avec plus de 1 bq/kg seraient retirés définitivement des cantines »…!?

Le Vice-Gouverneur a mis fin à la rencontre : « nous vous tiendrons au courant par courriel, mais nous ne pouvons pas convenir pour l’instant d’une nouvelle rencontre ». Ce qui veut dire que nous ne vous rencontrerons plus et nous ne ferons rien de plus.

Alors, j’ai parle dé mon intention d’informer la presse, j’ai même demandé à M.I si il aimait vraiment ses enfants, etc. Je vous passe le détail.

Ce pays a définitivement choisi de protéger les intérêts de l’agriculture du Nord-Est au lieu de protéger ses enfants.

Ai-je vraiment bien fait de rester au Japon ?

Il me reste maintenant à faire accepter à la directrice de l’école maternelle de notre fille que notre petiote emmène sa gamelle tous les jours et, plus difficile encore, qu’elle soit la seule à faire ainsi dans tout son établissement.

Notes :

[1] En fait, après notre rencontre, nous avons vu sortir du bureau du Gouverneur une équipe de sportifs, des lycéens, tout heureux avec leurs médailles au cou, revenus de je-ne-sais quelle compétition : le Gouverneur avait préféré parader avec des sportifs locaux devant les cameras !

[2] machine biélorusse, déjà en rupture de stock

[3http://www.lfjtokyo.org/secondaire/uploads/Documents/cantine/menu-2012-01.pdf


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 9
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (6)

Jeudi Jeudi ·  24 janvier 2012, 17h33

Bravo pour votre courage Laurent, il faut des personnes comme vous pour relever le défi de l’inaction et de la désinformation.
Merci de me dire concrètement comment vous envoyer de l’argent pour acheter de Riz sur place et de votre choix bien entendu. Cordialement André

ardr ardr ·  24 janvier 2012, 22h57

24 Janvier 2012 - Bulletin d’alterte à Fukushima :
Suspicion que les 4 tremblements de magnitude 4.5, 5.1, 5.1 et 4.5 qui ont frappé dans les dernières 24h
la centrale nucléaire de Fukushima soient 4 explosions hydrovolcaniques ou d’hydrogènes.

TEPCO confirme une très forte augmentation de l’activité radioactive à 70 millions de becquerels par heure notamment du césium libéré dans l’atmosphère ces dernières 24h pour les réacteurs nr 1 à 3.
Lien : http://web.next-up.org/email.php?id…

Janek Janek ·  25 janvier 2012, 02h09

Courage!
Si l’administration bloque au niveau de la préfecture, il faut agir au niveau local! Et ne jamais baisser les bras! Mais tentez malgré tout de partir, même pour aller dans un coin du Japon moins touché.

Là où je travaille, j’ai essayé de convaincre mon patron du danger. Je lui ai parlé des déchets radioactifs brulés à Tokyo et de la fuite du gouvernement en Inde. La seule chose qu’il a trouvé à me répondre, c’est que les déchets sont sûrement rendus inoffensifs avant d’être brûlés et que les japonais qui vont partir à Chennay sont sûrement très tristes de quitter leur pays.
Rien à faire!
Et bien qu’il pense ce qu’il veut, j’ai acheté des masques de sûreté de niveau 3, anti-nucléaires et je ne mange plus rien de japonais.
Retirez votre fille de son école si la nourriture qu’on lui fait manger est contaminée. Est-ce qu’il est possible de scolariser les enfants à domicile, comme cela se fait aux USA? Ou mettez là dans une école dont vous aurez réussit à convaincre le directeur.

En tout cas continuez à lutter! Il y a des gens qui vous soutiennent!

strand strand ·  25 janvier 2012, 03h33

Monsieur,
Je ne sais pas comment vous dire encore une fois, ceci.
Prenez un billet d’avion et partez!
Partez!
Allez où vous voulez.
Je suis sûre que si vous venez en France en disant que vous êtes des réfugiés on vous recevra.
Débrouillez vous!
Mais partez!
Et vite!!!!

Mabesoone Mabesoone ·  25 janvier 2012, 11h01

Le Maire de Matsumoto (pref de Nagano) est un ancien chirurgien specialiste de la thyroide qui a travaille longtemps en Bielorussie… Il a eu le courage, lui, de demander aux cantines scolaires, dans sa ville, d’eviter les aliments du nord-est du Japon… Et bien, nous apprenons qu’il vient d’annuler une conference qu’il souhaitait donner au centre de mesures citoyennes de Yokohama. Sa raison : “J’ai ete oblige de renoncer car j’ai des responsabilites politiques”… MOn Dieu, oser parler du probleme des cantines au Japon, cela devient un crime de “Lese-Majeste”…?? http://yokohama-konan.info/sugenoya…

Janek Janek ·  26 janvier 2012, 09h55

Ah mais il paraît que refuser de manger à ses enfants des produits venus du nord, même s’ils sont sûrement contaminés, c’est de l’égoïsme:
http://ex-skf.blogspot.com/2012/01/…

“Le patriotisme est le dernier refuge de la canaille.”
Samuel Johnson

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Votre commentaire a été publié.


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite