Dernière mise à jour 27/05/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

On ne sait jamais

Mabesonne_LM_23-11-11.jpgCe matin, j’ai envoyé 80 comprimés d’iode stable[1] à M. Odome de Minami Soma. Ceci pour être sûr qu’un certain nombre de familles proches de la centrale dispose du seul moyen de protéger leurs enfants d’un cancer de la thyroïde en cas de nouvelle fuite d’Iode 131[2] .

Il me reste 20 comprimés. Mon frère médecin, qui me les a procurés, m’assure que ces comprimés peuvent se conserver sans problème pendant des années).

Tous les membres du groupe FB habitant au Japon, et qui ont des enfants, peuvent me demander un comprimé pour chacun de leurs enfants. Je me ferai un plaisir d’expédier les comprimés par la poste, gratuitement.

Il suffit qu’ils m’envoient un message avec leur adresse postale.

On ne sait jamais, un autre accident sismico-nucléaire est vite arrivé dans ce pays, non seulement à Fukushima, mais aussi a Kashiwazaki, Fukui, Saga, etc…

Cela me ferait plaisir d’apprendre, dans 10 ans, que ces comprimés ont servi à un enfant de Kyushu, Niigata, ou autre…!

Notes :

[1iodure de potassium

[2]  Le gouvernement japonais n’a organisé aucune distribution en mars dernier « pour éviter la panique » et continuera sur cette ligne en cas de nouvelle fission


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 4
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

lapoussette lapoussette ·  10 décembre 2011, 21h59

Coucou,de nombreux remerciement pour ce super récit que j’ai beaucoup apprécié.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite