Last site update 18/08/2019

To content | To menu | To search

Comment on refourgue et on empoisonne

Mabesoone_LM_17-01-12.jpgPourquoi l’article suivant (en japonais), datant d’hier soir, n’est paru que sur un site d’information mineur [1], assez spécialisé ? Je ne comprends pas !

L’information me semble de taille, pourtant !

La ville de Sendaï a engagé des poursuites contre un important grossiste de riz, KENBEI MIYAGI. Cette entreprise reconnait avoir vendu 85 tonnes de riz produit dans la préfecture de Fukushima en falsifiant la mention d’origine du riz sur les emballages [2]. Une partie de ce riz a déjà été vendue sous l’appellation « riz supérieur HITOMEBORE de Miyagi », lequel riz est utilisé dans les cantines scolaires.

Voilà, on parle quand même de 85 tonnes de riz et j’ose à peine imaginer le poids que cela représente en riz cuit ! Aucun mass-media, ni la télévision, ni même les informations de yahoo.jp n’ont mentionné ce « point de détail » de l’actualité…

Quand je pense que la crêche-école maternelle (hoikuen) où va ma fille utilise du riz « sans origine précise » (Beycook, « fureai ») ! Nous avons bien fait de solliciter un « traitement de faveur » pour lui donner une gamelle de « riz-maison » à chaque fois qu’elle doit y manger.

Fukushima est le quatrième département du Japon en quantité de riz produit. On imagine aussi les centaines de tonnes de riz invendu qui sont « refourguées » ici et là sous forme de produits cuisinés. Or, on le sait, même si la limite officielle est de 500 becquerels de césium au kg pour le riz, 10 bq journaliers ingérés de façon chronique pour un enfant, et c’est la quasi-certitude de le condamner à une maladie cardiaque, viscérale, ou à un cancer [3].

Bref, nous pouvons en conclure que les falsifications de mentions d’origine sur l’alimentation, au Japon, aujourd’hui, ne sont même plus dignes d’être évoquées par les mass-médias. Pourquoi ? Ou bien parce que ce problème est devenu trop banal et que les téléspectateurs en ont assez quelle que soit l’ampleur de la falsification : ici la bagatelle de 85 tonnes de riz, tout de même ! Ou bien parce que ce problème dérange trop de gens. Ou bien encore pour les deux raisons à la fois… Allez savoir.

Dimanche soir dernier, en famille, nous mangions du bœuf étiqueté d’origine américaine que nous faisions griller façon barbecue coréen (yakiniku). Parmi les paquets de lamelles de viande, un seul était extraordinairement bien persillé, avec une finesse de grain exceptionnelle. Au début, nous étions ravis puis, peu à peu, ma femme et moi-même avons changé de visage.

« C’est pas possible ! Jamais de la viande américaine n’a ce goût là. C’est trop bon… Ça, c’est de la très grande viande japonaise ! », nous sommes-nous dit, exactement en même temps.

À Fukushima, on produisait parmi les meilleures viandes de bœuf du Japon dont le célèbre bœuf d’Idate qui se trouve à 50km de la centrale. En enlevant le bœuf de l’assiette de notre fille, il nous est resté une amertume étrange dans la bouche.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

4.91/5

  • Note: 4.91
  • Votes: 11
  • Higher: 5
  • Lower: 4

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (2)

VG VG ·  17 January 2012, 14h23

Malheureusement, les falsifications de mentions d’origine sur l’alimentation sont certainement beaucoup plus répandues partout dans le monde que ne le disent les contrôles et les relais d’information…
C’est ce que nous dénonçons aussi sur l’irradiation des aliments (collectif français contre l’irradiation des aliments*)
En restauration, en ville ou dans les cantines, c’est particulièrement facile de mentir par omission. Quel restaurateur oserait mettre des mentions sur la carte qui risqueraient d’effrayer ses clients ?

C’est particulièrement dramatique au Japon en ce moment, bien évidemment.
Mais n’oublions pas que cela révèle aussi des pratiques très répandues de l’industrie agroalimentaires.

En France, le gouvernement actuel a le projet de privatiser la revue “60 millions de consommateurs” de l’INC (institut national de la consommation), organe institutionnel. Il se trouve que cette revue émet régulièrement des critiques acerbes des pratiques de l’industrie, notamment agroalimentaire.
On peut signer la pétition ici : http://soutenons60.org/Signez-la-pe…

  • www.irradiation-aliments.org
Janek Janek ·  18 January 2012, 09h10

Ca me laisse sans voix cette horreur…
Est-ce que vous avez pu mesurer la contamination de la viande à l’aide de votre appareil… (trou de mémoire)… quoique vous ne devez le recevoir qu’en février, c’est ça?

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading