Last site update 25/09/2020

To content | To menu | To search

Que se passe t'il à la centrale de Fukushima ?

Mabesoone_LM_10-01-12.jpgÀ l’instant et comme d’habitude avec 2 jours de retard, la préfecture de Fukushima vient de rendre publique son dernier rapport (koukabutsu13.pdf) sur les rejets radioactifs journaliers – retombées de la centrale.

Malheureusement, la tendance à la hausse se confirme nettement. Après une explosion soudaine des chiffres à 432 Méga becquerels de césium par km2 pour le 2 janvier (précédé de la mention « Non détecté » suspecte le 1er janvier jour du séisme de niveau 4 à Fukushima), il y a eu une baisse rapide. Depuis 4 jours, nous connaissons une remontée continue et inquiétante des relevés de mesures.

Tout d’abord, « seulement » 27,9 Méga Becquerels de césium 134 + 137 au km carré, le 5 janvier puis :

  • 71,3 MBq le 6 janvier
  • 90,8 MBq le 7 janvier
  • 137,8 MBq le 8 janvier.

Un ami a téléphoné au Ministère des sciences et de l’éducation et on lui a répondu que « ceci devait être dû au vent de Nord-Est et aux chutes de neige ».

Le 8 janvier, il faisait un temps assez froid mais très agréable à Fukushima, sans vent ni neige [1].

Le Pr Kunihiko TAKEDA, sur son blog, explique bien que les rejets de césium retombent sur le sol et que le niveau des radiations ambiantes n’augmente qu’après un certain temps [2].

Pourtant, mon compteur Geiger, même ici à Nagano, est plutôt dans une moyenne de 0,17 à 0,20 microsieverts/heure, ce qui représente 0,05 microsieverts/heure de plus que la semaine dernière.

Quelque chose se passe à la centrale

Est-ce la piscine où l’équivalent des barres de combustible usagé de 3 réacteurs pleins (!) se trouve stocké qui s’effondre peu à peu dans l’enceinte du réacteur 4, avec pour conséquence, un abaissement du niveau de l’eau de refroidissement et l’inflammation puis la fusion complète des barres en perspective ? Ou ne s’agit-il que d’une baisse de l’eau de refroidissement dans un autre lieu de la centrale à cause d’un problème de canalisations gelées ou endommagées ?

Le Pr Hiroaki KOIDE, dans son émission radio journalière (Tanemaki journal) insistait sur le fait que l’explosion hydrogénique du bâtiment du réacteur 4 a endommagé gravement la partie basse (opération floor) du bâtiment et non pas seulement l’étage supérieur (tateya), comme pour l’explosion des réacteurs n°1 et n°3 (Mox). Pour lui, la piscine du bâtiment 4 doit être très affaiblie. Il confirme qu’en cas d’effondrement et de « mise à l’air » des barres, la zone d’évacuation s’étendrait à 250 km au moins, autour de la centrale [3]

Par conséquent, deux conclusions s’imposent :

  1. Les fruits et légumes des régions Kanto + Tohoku (Chiba, Ibaraki, Gunma, Tochigi, Fukushima, Iwate, Miyagi, Est de Nagano) peuvent avoir été saupoudrées des radionucléides qui s’échappent depuis une semaine. Ne rien acheter s’impose sauf pour ceux qui possèdent un moniteur de becquerels afin de contrôler eux-mêmes bien sûr, le niveau d’irradiation de leur aliments.
  2. S’informer régulièrement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Digg, etc…) afin d’être rapidement au courant si la piscine du réacteur n°4 ne s’effondre totalement.
    Pour cette éventualité, prévoir :
    • de l’eau minérale,
    • des comprimés d’iode stable pour les enfants,
    • assez de liquide pour payer des billets d’avion vers l’étranger,
    • des passeports valides,
    • une voiture et le plein d’essence,
    • un compteur Geiger.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

4.5/5

  • Note: 4.5
  • Votes: 12
  • Higher: 5
  • Lower: -1

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (2)

Janek Janek ·  11 January 2012, 08h00

Merci pour ce billet. C’est le plus complet que j’ai pu trouver au sujet de l’état du réacteur 4.
Je vais tenir compte de vos conseils et prendre quelques “vacances” à Kyoto. J’espère que ça sera suffisant et que je ne partirai pas trop tard. J’espère aussi que le gouvernement se décidera à nous dire ce qui se passe vite fait! Je n’ai pas envie de revenir sur Tokyo pour devoir repartir le jour d’après au son des sirènes d’alarme. :-D

Quoiqu’il en soit, bon courage et bonne chance de votre côté.

Anasthase Anasthase ·  31 January 2012, 16h33

Bravo et merci pour cet article intéressant.

Je me suis permis de le relayer sur le blog en mentionnant entendu et votre site et votre article. Merci.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading