Dernière mise à jour 22/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le développement durable c’est le problème, pas la solution

start_the_engine.jpgConférence internationale de Rio sur l’environnement du 20 au 22 juin 2012 : les Nations s’apprêtent à signer en totale inconscience les « Accords de Munich » comme en 1938, sans voir que nous sommes à la veille de l’effondrement !

+ Comment traduire “sustainable development” ?

[Crédit photo : The Economist]

Cette cinquième conférence internationale sur l’environnement sera la dernière : nous ne serons plus là pour vivre la suivante, prévue en 2022 car dans les 10 années qui viennent s’accélèrera la PHASE FINALE DE L’AGONIE TERMINALE et la plupart d’entre nous ne survivront pas à l’écroulement des sociétés industrielles, qu’il s’agisse des vieilles comme en Europe, ou des neuves comme au Brésil, en Inde ou en Chine, ces pays immergés dans la ridicule imitation servile et aveugle du faux modèle qu’est le mode de vie occidental.

Le mode de vie dont se targuent les “races supérieures” qui se croient “la civilisation” par excellence depuis 1756 (Mirabeau cité par Françoise Dufour) est écologiquement impossible et humainement un échec car il ne mène même pas au bonheur. La vie moderne n’est que régrès et mal-être (hausse des suicides, hausse de l’usage de substances psychotropes légales ou illégales, hausse des troubles psychiatriques). Les “races inférieures” jadis nommées “sauvages” sont depuis la fin des années quarante qualifiées de “sous-développées” tandis que les “races supérieures”  se disent “développées”. Les civilisés font miroiter aux yeux du reste du monde leur prétendu merveilleux mode de vie, ils décident de ce qu’est la mesure du “niveau de vie” et distribuent les bons points aux meilleurs élèves, ceux qui sortent plus vite de la  “sauvagerie” seront récompensés par l’appellation flatteuse de “pays émergents”, les autres, les perdants de la course au “développement” ont encore la tête sous l’eau, ils n’émergent pas. Ils sont immergés : on parlera de “pays les moins avancés”.

Toujours le même racisme. Rien de changé depuis les temps coloniaux. L’Occident fixe les règles du jeu. Un jeu qui s’appelle “le développement” depuis la Résolution 198-3 de l’O.N.U. le 4 décembre 1948. Il fallait après la guerre trouver une expression plus élégante que « pays arriérés » encore très utilisée. Le Président Truman choisira les mots « pays développés » et « pays sous-développés » dans son discours du 20 janvier 1949 en précisant : « Plus de la moitié de la population du monde vit dans des conditions proches de la misère […] ; sa vie économique est primitive et stagnante ». Puis on remplacera « pays sous-développés » par « pays en voie de développement » sans même saisir l’outrecuidance extraordinaire de cette dernière expression : ces pays n’ont même pas le droit de décider en toute liberté de leur avenir, l’Occident définit d’emblée leur destin, c’est le développement ou rien ! Pas question d’envisager par exemple la stabilité, ou de trouver en eux-mêmes, en étant fiers de leur propre histoire, leur propre culture, les clés de la vie épanouie et agréable, sans tenir compte de ce qui se fait ailleurs, par exemple en Europe ! Et ce développement obligatoire, en plus, les occidentaux veulent désormais le faire « durer », le rendre « durable » pour reprendre le pire mot choisi par certains pour traduire « sustainable », alors que la seule urgence, au vu de la dégradation accélérée des équilibres écologiques est d’arrêter le développement. Il est absolument insoutenable. Il ne faut pas simplement changer de “mode de développement”, il faut carrément se débarrasser du développement, donc surtout pas le rendre “durable”. Les races supérieures, les civilisés, les développés doivent cesser d’inculquer au reste du monde leur mode de vie suicidaire qui nous précipite tout droit dans le mur des échéances écologiques, le mur de l’épuisement des ressources non renouvelables liquides, gazeuses ou minérales, le mur de létalité des pollutions de l’air, de l’eau, de l’alimentation, les plus graves étant la pollution radioactive et celle conduisant au réchauffement du climat et à l’acidification des océans. Il faut cesser de croire à notre supériorité, arrêter de croire que nous sommes “en avance”, arrêter de définir nous-mêmes le sens de l’histoire, de pratiquer le « vol de l’histoire » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jack Goody (Gallimard 2010).

Le vers était déjà dans le fruit lorsque le monothéisme nous a gonflé d’orgueil à la fois vis à vis des “païens” et à la fois vis à vis des habitants non-humains de cette planète. Et nous continuons à occuper tout l’espace en détruisant tous les écosystèmes au point d’être coupable de la Sixième extinction massive des espèces animales et végétales. Nous ravageons la biodiversité. La masse des humains et de leur bétail pèse déjà 90% du poids des 5000 autres espèces de mammifères de cette planète !

Les 2000 biologistes qui étaient réunis à l’Unesco en septembre 1968 pour tirer la sonnette d’alarme sur la situation dramatique de la biosphère, disaient déjà tout cela il y a 44 ans. Les mathématiciens du M.I.T., à la demande du Club de Rome, démontreront début  mars 1972 que si l’Occident continue sur sa lancée et incite les peuples du Tiers-Monde à faire de même, tout s’écroulera de façon catastrophique vers 2030. Début 2012, lors de la commémoration des 40 ans de ce Rapport au Club de Rome au Smithsonian Institute à Washington, son principal auteur, Dennis Meadows, a été encore plus pessimiste. Au vu des réactions insuffisantes, non proportionnées à la gravité des faits tout au long de ces 40 années, notamment l’échec des 4 Sommets de l’Environnement : Stockholm 1972, Nairobi 1982, Rio 1992, Johannesburg 2002, ce n’est pas en 2030 que le monde s’écroulera, mais plus tôt : vers 2020.
 
À la veille du 5e Sommet de l’Environnement, on ne peut que constater la tragique stagnation de la situation : fin mai 2012 l’ambassadeur de l’Inde disait à la sénatrice française Laurence Rossignol, coordinatrice du rapport d’information du Sénat “Rio + 20” (www.senat.fr) qu’il fallait que l’Occident arrête de vouloir brider la vitesse de développement des pays tels que l’Inde, la Chine ou le Brésil, car ces pays ne sont encore qu’en phase de rattrapage. Il ne fallait pas utiliser l’argument de l’environnement pour handicaper leur développement :

« Laissez-nous d’abord atteindre votre niveau de vie, et ensuite, une fois l’égalité atteinte et que vous nous accueillerez au sein des Grandes Puissances, nous pourrons discuter des moyens de traiter des problèmes d’environnement ».

Tragique stagnation car les représentants des pays du Tiers-Monde disaient exactement la même chose à Stockholm en 1972 aux européens et c’est alors que les occidentaux décidèrent de satisfaire le tropisme mimétique des jeunes nations décolonisées converties « à haute et intelligible voix à la suprématie des valeurs blanches » (Frantz Fanon), en accolant le mot “développement” dans le vocabulaire censé traiter des problèmes d’environnement. On parlera de “développement écologique” (écodéveloppement, Ignacy Sachs) puis à partir de l’idée de I.U.C.N. et de W.W.F. en 1980, de “sustainable development”, du vieux français (1346) “soustenable” qualifiant alors la bonne gestion de la forêt pour ne pas en entamer le capital (ordonnance de Brunoy du roi Philippe VI de Valois).

Tragique stagnation car tant qu’on continuera à psalmodier comme dans un mantra “développement, développement, développement”, par exemple cette “recommandation 3” parmi les 16 de la Commission sénatoriale Rio + 20 parlant du « droit au même niveau de développement pour tous » on continuera à nager dans la plus inepte des illusions. Nous avons déjà en termes d’empreinte écologique dépassé les capacités biophysiques de la biosphère depuis 1983 (Meadows 2012 p.20). Déjà les nations les plus follement consuméristes comme l’Europe de l’ouest et les U.S.A. devraient fortement réduire leur niveau de vie. Il est mathématiquement impossible que le reste du monde se mette à vivre ne serait-ce que selon le standard du mode de vie français : il nous faudrait alors 6 planètes !

Voilà 40 ans que nous perdons un temps précieux. Dès 1972 il aurait fallu casser le mythe du “développement” et dire à Stockholm que l’Occident non seulement s’excusait d’avoir pratiqué la colonisation, mais qu’en plus cet Occident gonflé d’orgueil devait faire acte de contrition et avouer que son idéal de vie était un non-sens, que son prétendu “progrès” était un régrès, et que donc il demandait aux peuples du Tiers-Monde de détourner leur regard du dit modèle occidental, lequel est à défaire, n’étant qu’une monumentale erreur, et de se ressourcer auprès de leurs propres traditions pour retrouver les chemins de la dignité et de l’épanouissement.

Plus qu’un génocide (le quart de l’humanité d’alors en 1500 presque totalement exterminé aux Amériques), la colonisation a généré un véritable ethnocide à travers la prétendue “œuvre civilisatrice” censée être “le devoir des races supérieures” (Jules Ferry). Apporter la civilisation, le développement, c’est introduire le complexe d’infériorité, c’est infantiliser des peuples qui étaient jadis adultes et autonomes.

Dès 1972 il aurait fallu au regard des conclusions des travaux des écologues démontrant le résultat déjà dramatique du “pillage de la planète”(F. Osborn, R. Heim, J. Dorst, R. Carson, B. Commoner, R. Dubos), faire la promotion de l’ENVELOPPEMENT en lieu et place du DEVELOPPEMENT et inverser les critères de valeur en saluant l’art de vivre écologiquement des SYLVILISATIONS et en dénonçant la démesure (hubris) suicidaire et l’orgueil raciste hallucinant de la CIVILISATION. L’enveloppement, c’est l’art de vivre en se glissant discrètement dans les écosystèmes, de façon à laisser une place confortable aux autres espèces animales et végétales. L’enveloppement, c’est ce mode de vie modeste qui laisse toute la biodiversité s’épanouir en symbiose avec l’espèce humaine. C’est un peu le “Buen Vivir” issu de la vision quechua de l’harmonie qui a été récemment intégrée à la constitution de l’Équateur.

Au contraire du développement qui n’est que l’étalement monodirectionnel et anthropocentrique qui repousse jusqu’aux dernières extrémités la vie sauvage, l’enveloppement est une figure repliée (et non dépliée, déployée, étalée) pluridirectionnelle et biocentrique qui multiplie les entrelacements et les circonvolutions, ce qui permet une profusion d’interfaces et de points de contacts, une densité d’échanges pour une vie sobre, frugale, débarrassée du superflu, où les mots “riches” et “pauvres” n’ont plus de sens, pas plus que l’obsession chez nous trimillénaire de “puissance”, mais où la convivialité et la tranquille plénitude atteint des sommets. Le développement mutilait la personne humaine en ne valorisant que la sèche et froide raison. L’enveloppement rétabli l’être humain en sa complétude bigarrée et baroque, (Michel Maffesoli), épanouissant tous les sens, laissant s’exprimer les émotions, tempérant la raison par le modeste raisonnable, bref ce qu’on appelle la sagesse, qui, en principe, défini “Homo sapiens sapiens” ! L’homme biocentrique remet les pieds (nus) sur terre et retrouve l’humus, donc l’humilité.

Décoloniser notre imaginaire, changer de paradigme n’est pas un vain mot.

Comme l’a répété Dennis Meadows le 24 mai 2012 à Paris :

“it’s too late for sustainable development”

On a été trop loin, les dégâts sont déjà trop importants, on ne peut plus jouer naïvement avec cet oxymore ménageant diplomatiquement la chèvre et le chou. Au point où en sont les choses, à moins de 8 années de la date fatidique, il ne faut pas se contenter de réformettes ! Il faut révolutionner, bousculer sans ménagement nos préjugés. Trop tard pour la TRANSITION en douceur. Il faut basculer. Vite ! A quelques jours de “Rio + 20”, il serait totalement contre productif d’en être encore à disserter benoîtement sur le “développement durable”.

La demi-journée de réflexion aux Diaconesses à Paris 12e le 9 juin est dominée hélas par les économistes. Mais où sont passés les biologistes, si actifs au début des années 70 ? Les économistes ont vite fait de ne voir qu’une “crise”, encore une, là où il s’agit pour la première fois du choc frontal d’ordre géologique entre une civilisation occidentale entrain de contaminer dans sa toxico-dépendance au consumérisme le reste du monde au préalable décérébré par la publicité et le bourrage de crâne développementiste et une fragile pellicule de vie mortellement atteinte par cette mégamachine folle, coincée dans son auto-accélération. La mégalomanie occidentale, que ce soit dans sa version capitaliste ou sa version socialiste, nous précipite vers l’implosion (P. Thuillier, D. Jensen). Nous ne serons jamais 9 milliards en 2050 ! (P. Chefurka, H. Stoeckel, C. Clugston). Des famines dantesques auront lieu, bien avant, accompagnées de guerres civiles, d’épidémies, d’émeutes et des raidissements fondamentalistes qui vont avec. Illusion de revanche des peuples humiliés lors de la Guerre de l’Opium et de la colonisation. Tout cela dans une ambiance de folie guerrière avec des États ne comptant plus que sur leur puissance militaire et leur capacité cynique à anéantir les émeutes : la Chine s’apprête à doubler son budget militaire ces 3 prochaines années après avoir augmenté ses dépenses militaires de 189% de 2000 à 2010, la Russie de 82% comme les U.S.A. (P. Larrouturou). Dans cette phase finale d’agonie des sociétés industrielles, nous laissons encore stupidement les publicitaires faire œuvre de crétinisation des masses, et les riches jouer à leur concurrence juste pour leur plaisir infantile de la frime ostentatoire : en jeter plein la vue, plaisir pervers, pathologique, de rendre jaloux, parader comme des gamins et se donner en spectacle aux ethnocidés des villes qui croient que le bonheur, c’est l’enrichissement. Syndrome mimétique !

La justice, ce n’est pas l’égalité au sens “tout le monde riche”, c’est l’égalité dans la vie modeste et rurale, moins de biens, plus de liens, la fin des hiérarchies sociales par la multiplication des autarcies locales en revalorisant les savoir-faire artisanaux et locaux, héritage de l’ethnodiversité qui fait la valeur du patrimoine immatériel de l’humanité que l’Unesco a raison de promouvoir en défendant le pluriel des langues et des cultures, notamment les droits des peuples autochtones reconnus enfin par l’O.N.U. en 2003. Cette justice, cette égalité passe par l’éclosion des autogouvernements de petite taille, seule possibilité d’amortir en souplesse (résilience) les effets de l’effondrement des sociétés complexes (J. Tainter) prétendues modernes et civilisées. Et le tout avec des moyens très économes en énergie et ressources minières, des moyens basés sur tout ce qui pousse et donc se renouvelle naturellement du seul fait de la captation de l’énergie des rayons du soleil. Bref une vie juste ne peut qu’être une vie à très faible empreinte écologique, la seule dont le niveau est égalitairement partageable entre tous les habitants humains et non humains de cette planète. Or sur notre planète à taille finie, l’espace bio-productif utilisable est de 12 milliards d’hectares, soit actuellement 1,8 ha par personne, mais en termes d’empreinte écologique, cette surface maximum est déjà largement dépassée : 9,6 ha par habitant des U.S.A., 7,2 au Canada, 5,3 en France, 3,8 en Italie. Mais 0,8 en Inde et 0,5 à Haïti (S. Latouche 2012).

Quelles décisions in extrémis ?

La rupture radicale pour orienter les sociétés vers l’abandon du rêve occidental de puissance, rêve déjà en place dans les premiers empires en Chine, en Perse et en Égypte, ne pourrait résulter que d’un virage brutal et immédiat au vu du peu de temps qui nous reste avant l’effondrement : demain tous les publicitaires sont en prison (NDLR : i.e. la publicité devenue illégale), et tout ce qui distrait et divertit, interdit. Les mass-médias se consacrent uniquement à tétaniser les masses jadis abruties pour les désintoxiquer du rêve stupide du consumérisme. Plus rien vient de loin. Arrêt immédiat de tout véhicule, bateau ou avion à moteur thermique. Interdiction des toitures non productrices d’énergie pour fournir en électricité tous les habitants vivants en dessous ou à côté. Interdiction des toitures non cultivables en petit maraichage sur terrasses : il faut déminéraliser le paysage urbain en le revégétalisant. Confiscation immédiate de tous les biens des riches pour financer le retour à une vie besogneuse et décente  tous les misérables (dotation conditionnelle d’autonomie) et pour financer le remplacement de suite du nucléaire par les énergies renouvelables et miniaturisables, y compris la remise à l’honneur de l’énergie musculaire animale et humaine. Tout cela bien-sûr sans envisager de faire la même chose, la même gabegie énergivore mais dans un contexte de simplicité démocratiquement décidée. Arrêt de l’usage des énergies fossiles jusqu’au retour à la concentration préindustrielle des gaz à effet de serre…

Mais Bertrand Meheust explique bien dans “Politique de l’oxymore” et “Nostalgie de l’Occupation” pourquoi on ne prend pas le chemin de ce virage pourtant absolument indispensable au plus vite pour éviter des centaines de millions de morts. Si nous sommes effectivement tous dans un gigantesque Titanic condamné au naufrage : ne faut-il pas avant tout imaginer comment échapper à la noyade et mettre les chaloupes à la mer ? Organisons-nous maintenant en multiples groupes sécessionnistes pour basculer dans une vie totalement nouvelle et jouissive, avec nos enfants formés dès aujourd’hui aux métiers d’avenir : la vannerie, la poterie, le maraichage, la traction animale et les petites manufactures municipales de recyclage des métaux pour fabriquer des vélos…

C’est cela ou le “collapse”… l’effondrement sanglant qui nous feront regretter les deux “petites” guerres mondiales du XXe siècle.


Références bibliographiques

De l’auteur :

Thierry Sallantin 2008 : Agroécologie : nouvel oxymore ? Est-t-il écologique d’ artificialiser la nature ? Vers une réintroduction des méthodes douces d’artificialisation des forêts en décolonisant notre imaginaire d’occidentaux ne jurant que par l’AGER (guerre à la nature) Nouvelles interrogations autour des notions de SYLVA, AGER et HORTUS. Exemples des agricultures Wayampi (Guyane française) et Yanomami (Venezuela) en ligne sur le site de “morikido”

Autres auteurs :

[La bibliographie ci-dessous a été réécrite complètement (apport d’une trentaine de nouvelles références) et publiée le 18/06/12]

  1. Françoise Dufour 2010 - De l’idéologie coloniale à celle du développement - L ‘Harmattan
  2. Pierre Achard 1989 - La passion du développement -Thèse Paris VII
  3. Pierre Achard 1977 - Discours biologique et ordre social - Sous la dir.de-ed. du Seuil
  4. Jacques Grinevald 2010 - La thèse de Lynn White JR sur les racines historique, culturelle et religieuse de la crise écologique de la civilisation industrielle moderne. In D. Bourg, Ph. Roch (dir.) Labor et Fides
  5. Dominique Bourg, Philippe Roch (dir.) 2010 - Crise écologique, crise des valeurs ? Actes du colloque de Lausanne, juin 2009. Éd. Labor et Fides, Genève
  6. Jacques Grinevald 2006 - La Révolution industrielle à l’échelle de l’histoire humaine de la Biosphère. Revue européenne des sciences sociales n° 134, pp. 139-167
  7. Jacques Grinevald 2007 - La Biosphère de l’Anthropocène : climat et pétrole, la double menace. Repères transdisciplinaires 1824-2007. Éd. Georg, Genève
  8. Jacques Grinevald 2012 - Le concept d’Anthropocène, son contexte historique et scientifique. Revue Entropia n° 12, pp. 22-38
  9. Yves Cochet 2012 - La civilisation thermo-industrielle va s’effondrer avant 2030. La Revue Durable n° 44, février
  10. Serge Latouche 2012 - L’âge des limites (à paraître)
  11. Serge Latouche 1989 - L’occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire. La Découverte, réed. 2008
  12. Serge Latouche 1994 - Développement durable : un concept alibi. Tiers Monde n° 137, voir aussi le n° 100
  13. Serge Latouche 2001 - La déraison de la raison économique. Du délire d’efficacité au principe de  précaution. Albin Michel
  14. Serge Latouche 2004 - L’invention de l’économie. Albin Michel
  15. Serge Latouche 2004 - Décoloniser l’imaginaire. La pensée créative contre l’économie de l’absurde. Éd. Parangon
  16. Serge Latouche 1995 - Faut-il arrêter le développement ? PUF 1986
  17. Serge Latouche, Fouad Zaoul 1999 - Critique de la raison économique. L’Harmattan
  18. Serge Latouche 1995 - La Mégamachine : raison scientifique, raison économique et mythes du progrès. La Découverte, MAUSS
  19. Serge Latouche 2004 - Survivre au développement. Éd. Mille et une nuits
  20. Paul Chefurka 2007 - Énergie et population mondiale - Éd. et trad. Rudo de Ruitjer - www.CourtFool.info
  21. Majid Rahnema 2003 - Quand la misère chasse la pauvreté - Actes Sud et réed. Babel
  22. Majid Rahnema, Jean Robert 2008 - La Puissance des pauvres - Actes Sud
  23. Majid Rahnema, Gilbert Rist, Gustavo Esteva 1992 - Le Nord perdu, repères pour l’après-développement. Ed d’en bas, Lausanne
  24. Majid Rahnema 1991 - La pauvreté globale, une invention qui s’en prend aux pauvres. Interculture n° 111 Montréal, Québec
  25. Majid Rahnema , Victoria Bawtree 1997 - The Post-Development Reader. Zed Books, London
  26. Colloque de 2002 à l’Unesco 2003 - Défaire le développement, refaire le monde - Parangon
  27. D. Chartier 2004 - Aux origines des flous sémantiques du développement durable - Écologie et politique n°29
  28. Gilbert Rist 1996 - Le développement - histoire d’une croyance occidentale - Presses de Sciences Po
  29. Gilbert Rist 2010 - L’économie ordinaire entre songes et mensonges. Presses de Sciences Po
  30. Gilbert Rist, Fabrizio Sabelli 1992 - Il était une fois le développement. Éd. d’en bas, Lausanne
  31. Gilbert Rist, Marie-Dominique Perrot, Fabrizio Sabelli 1992 - La mythologie programmée. L’économie des croyances dans la société moderne. Seuil
  32. Marie-Dominique Perrot, sous la dir de. 1991 - Développement et peuples autochtones. Revue Ethnies n° 13
  33. Marie-Dominique Perrot 2001 - Mondialiser le non-sens. Éd. L’Age d’Homme
  34. Dennis Meadows 2012 - Les limites à la croissance dans un monde fini - Éd. Rue de l’Echiquier
  35. Lester Brown 2011 - Basculement. Comment éviter l’effondrement économique et environnemental. Éd. Rue de l’Echiquier
  36. Hughes Stoeckel 2012 - La faim du monde, l’humanité au bord d’une famine globale - Éd. Max Milo
  37. Pierre Larrouturou 2011 - Pour éviter le krach ultime - Nova ed.
  38. Pierre Larrouturou 2012 - C’est plus grave que ce qu’on vous dit… - Nova ed.
  39. Bertrand Meheust 2009 - La politique de l’oxymore  - La Découverte
  40. Bertrand Meheust 2012 - Nostalgie de l’Occupation - La Découverte
  41. Timothée Duverger 2011 - La décroissance, une idée pour demain. Éd. Sang de la Terre
  42. Ingmar Granstedt 2011, [1980] - L’impasse industrielle. Un monde à réoutiller. Éd. A Plus d’un Titre, 73360 La Bauche
  43. La Ligne d’Horizon 2011 - Sortir de l’industrialisme. Colloque de novembre 2011. Éd. Le Pédalo Ivre, Lyon
  44. Philippe Bihouix, Benoît de Guillebon 2010 - Quel futur pour les métaux ? Éd. E.D.P.
  45. Joseph Tainter 1988 - The Collapse of Complex Societies - Cambridge Univ. P.
  46. François Partant 1982 - La fin du développement, naissance d’une alternative - Réed. Actes Sud 1997
  47. Jack Goody 2010 - Le vol de l’Histoire - Gallimard
  48. Mathis Wackernagel, William Rees 1999 - Notre empreinte écologique. Éd. Ecosociété  Montréal
  49. Pierre Thuillier 1995 - La Grande Implosion, Rapport sur l’effondrement de l’Occident - Fayard
  50. Derrick Jensen 2011 - Deep Green Resistance - Seven Stories Press, New York
  51. Michel Maffesoli 2010 - Matrimonium. Petit traité d’écosophie. - Ed . du C.N.R.S.
  52. Faifield Osborn 2008 - La Planète au pillage - Payot 1949 et réed. Babel Actes Sud
  53. Helena Norbert-Hodge 2002 - Quand le développement crée la pauvreté - Fayard
  54. Franck-Dominique Vivien in Marcel Jollivet 2001 - Le développement durable, p.19-60 - Histoire d’un mot, histoire d’une idée - le développement durable.
  55. Franck Dominique Vivien 2005 - Le développement soutenable - Coll. Repères, La Découverte
  56. Franck-Dominique Vivien 2010 - Les antécédents conceptuels du développement durable. In Bertrand Zuindeau 2010 pp.25-35
  57. Bernard Zuindeau 2010 - Développement durable et territoire. Le Septentrion, Villeneuve d’Ascq
  58. Edwin Zaccai 2011 - 25 ans de développement durable et après ? - P.U.F.
  59. Anne-Marie Chartier 1996 - Essai critique sur le concept de développement - P.U.G., Grenoble
  60. Yohan Ariffin 2012 - Généalogie de l’idée de progrès, Histoire d’une philosophie cruelle  - Éd. du Felin
  61. Lucien Febvre 1930 - Civilisation, le mot, l’idée  - La Renaissance du Livre
  62. Alfred Crosby 1986 - The Biological Expansion of Europe - 900- 1900. Cambridge Univ. Press
  63. Alfred Crosby 2003 - La mesure de la réalité. Éd. Allia, 1e ed. Cambridge 1997
  64. Richard Bergeron 1992 - L’antidéveloppement. Seuil
  65. Candido Mendez 1977 - Le mythe du développement. Seuil
  66. Frantz Fanon 1961 - Les Damnés de la Terre. Réédition 2010 La Découverte
  67. Alain Gras 2003 - Fragilité de la puissance : se libérer de l’emprise de la technologie. Fayard
  68. Alain Gras 2006 - Le choix du feu. Fayard
  69. Jean-Marc Mandosio 2000 - Après l’effondrement. Notes sur l’utopie néo-technologique. Éd. L’Encyclopédie des Nuisances
  70. Aminata Traoré 2002 - Le viol de l’imaginaire. Fayard- Actes Sud
  71. Fodé Diawara 1972 - Le Manifeste de l’Homme Primitif. Grasset
  72. Ivan Illich 1988 - L’histoire des besoins. pp.71-106 in  Fayard 2004
  73. Ivan Illich 1994 - La sagesse de Leoplold Kohr. pp.223-256 in Fayard 2004
  74. Ivan Illich 2004 - La perte des sens. Fayard, réed. 2010
  75. Leopold Kohr 1978 - The Breaking of Nations. E. P. Dutton, New-York [1957, Routledge and K. Paul, London (Le maître de E.F. Schumacher)
  76. Leopold Kohr 1995 - Sall is beautifull : selected writings from the complete works. Posthumous collection, Vienna
  77. Ernst Friedrich Schumacher 1979 [1973] - Small is beautifull. Une société à la mesure de l’homme. Éd. du Seuil, collection Points
  78. Kirkpatrick Sale 1980 - Human Scale. Coward, McCann and Georghegan, New York
  79. Michael Ignatieff 1986 - La liberté d’être humain : essai sur le désir et le besoin. Éd. La Découverte
  80. H.W. Arndt 1987 - Economic Development : the History of an Idea. Chicago Univ. Press
  81. Katrin Lederer et al. 1981 - Human Needs. A contribution to the current debate. Cambridge, Ma
  82. Patricia Springborg 1981 - The problem of Human Needs and the Critique of Civilization. Allen and Unwin, London
  83. Franco Ferraroti 1985 - The Myth of Inevitable Progress. Greenwood Press, Westport. CT
  84. Karl Polanyi 1983 [1957] - La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. Gallimard
  85. Karl Polanyi 2011 - La subsistance de l’homme. Flammarion
  86. Wolfgang Sachs, Gustavo Esteva  1996 - Des ruines du développement. Éd. Ecosociété, Montréal, réed. 2003 Le Serpent à Plumes
  87. Wolfgang Sachs 1990 - L’archéologie du concept de développement. Revue Interculture n° 109
  88. Raimundo Panikkar 1982 - Alternatives à la culture moderne. La notion de pluriversalité. Revue Interculture n° 77 pp. 5-25
  89. Raimundo Panikkar 1984 - La notion de droits de l’homme est-elle un concept occidental ? Revue Interculture n° 82, pp.3-27
  90. Christophe Eberhard 2000 - Droits de l’homme et dialogue interculturel. Vers un désarmement culturel pour un droit de la paix. Thèse (en ligne)
  91. Bertrand Badie 1992 - L’ État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique. Fayard
  92. Jacques Ellul 1954 - La technique ou l’enjeu du siècle. Réed. Economica 1990
  93. Jacques Ellul 1977 - Le système technicien. Calman-Lévy, réed. Cherche Midi 2004
  94. Jacques Ellul 1988 - Le bluff technologique. Hachette
  95. Herman Daly, John Cobb 1989 - For the Common Good. Redirecting the Economy toward Community. The Environnment and a Sustainable Future. Beacon Press , Boston
  96. Edgar Morin 2002 - Une mondialisation plurielle. Le Monde, 26 mars (une exécution en règle du concept de développement, T.S.)
  97. Edgar Morin 2011 - La voie. Fayard (il y reprend comme M. Maffesoli mon idée de remplacer le développement par l’enveloppement)
  98. Alain Caillé, Serge Latouche, Marc Humbert, Patrick Viveret 2011 - De la convivialité. Dialogues sur la société conviviale à venir. La Découverte
  99. Patrick Viveret 2012 - La cause humaine. Du bon usage de la fin d’un monde. Les Liens qui Libèrent
  100. Marc Nerfin - International Foundation for Development Alternatives - I.F.D.A.
  101. Jan Nederveen Pieterse 2000 - Alternative, Post and Reflexive Development. En ligne sur la Toile (pdf)
  102. Jan Nederveen Pieterse, 2002 - Development. Deconstructions/Reconstructions. Sage Publications
  103. J. Seabrook 1994 - Victims of development. Résistance and alternatives. Verso, London
  104. Daniel Cérézuelle 2011 - La Technique et la chair. Parangon
  105. Michael Jacobs 1998 - Sustainable development as a contested concept. In Andrew Dobson 1998, pp. 21-45
  106. Andrew Dobson 1998 - Fairness and Futurity : Essays on Environmental Sustainability and Social Justice. Oxford Univ. Press
  107. Simon Charbonneau 2009 - Résister pour sortir du développement. Éd. Sang de la Terre
  108. Michel Puech 2010 - Développement durable : un avenir à faire soi-même. Le Pommier (p. 29- l’Ordonnance de Brunoy, 1346- origine de” sustainable”)
  109. Jerry Mander, Edward Goldsmith 1996 - The Case against Global Economy and for a turn toward the Local. Sierra Club Books, San Francisco, California
  110. Jerry Mander 1991 - In the Absence of the Sacred. The Failure of Technology and the Survival of Indians Nations. Sierra Club Books, San Francisco
  111. Constantin Castoriadis 1974 - Réflexions sur le “développement” et la “rationalité”. Les Carrefours du Labyrinthe 2, réed. 1986, Points-Seuil
  112. Constantin Castoriadis 1987 - Voie sans issue. Les Carrefours du Labyrinthe 3, réed. 1990 Points-Seuil
  113. Robert Jaulin (dir.) 1972 - De l’ethnocide. U.G.E.10/18
  114. Robert Jaulin (dir.) 1972 - L’ethnocide à travers les Amériques. Fayard
  115. Robert Jaulin 1974 - La Décivilisation. Éd. Complexe, Bruxelles
  116. Eric Navet 2007 - L’Occident barbare et la philosophie sauvage. Éd. Homnisphères
  117. William Vogt 1950 [1948] - La faim du monde. ed Hachette, titre original - Road to Survival
  118. Rachel Carson 1963 [1962] - Printemps silencieux. Éd. Plon, réed. 2009, Wildproject
  119. Jean Dorst 1965 - Avant que nature meure. Delachaux et Niestlé, 6e réédition 1976
  120. Roger Heim 1952 - Destruction et protection de la nature. Éd. Armand Colin
  121. Roger Heim 1973 - L’angoisse de l’An 2000. Éd. Fondation Singer-Polignac
  122. Barbara Ward, René Dubos 1972 - Nous n’avons qu’une Terre. Denoël (rapport préparant la Conférence de Stockholm sur l’environnement humain,1972)
  123. Gro Harlem Brundtland 1988 - Notre avenir à tous. Éd. du Fleuve, Québec (rapport préparant la Conférence de Rio “environnement et développement”92
  124. Barry Commoner 1969 - Quelle Terre laisserons-nous à nos enfants ? [Science and Survival]. Éd. du Seuil
  125. Barry Commoner 1973 - L’encerclement. Éd. du Seuil
  126. Serge Moscovici 1968 - Essai sur l’histoire humaine de la nature. Flammarion
  127. Serge Moscovici 1972 - La Société contre nature. Seuil
  128. Serge Moscovici 1974 - Hommes domestiques et hommes sauvages. U.G.E. 10/18
  129. Serge Moscovici 2002 - De la nature, penser l’écologie. Éd. Métailié
  130. Serge Moscovici 2002 - Réenchanter la nature : entretiens avec Pascal Dibie. Éd. de l’Aube
  131. Geneviève Azam, Christophe Bonneuil, Maxime Combes 2012 - La nature n’a pas de prix. Les méprises de l’économie verte. Ed. Les Liens qui Libèrent

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

1.5/5

  • Note : 1.5
  • Votes : 10
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Thierry Sallantin

Auteur: Thierry Sallantin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

luko5 luko5 ·  18 juillet 2012, 11h48

“Arrêt immédiat de tout véhicule, bateau ou avion à moteur thermique”
…sauf agriculture (locale et sans pesticides) et quelques urgences (à définir), non ?

“Interdiction des toitures non productrices d’énergie pour fournir en électricité tous les habitants vivants en dessous ou à côté”
Pas complètement d’accord. L’electricité n’a pas que des avantages (voir lien ci-dessous). Et pour chauffer l’eau par exemple un panneau thermique sera préférable.
http://carfree.free.fr/index.php/20…

“dotation conditionnelle d’autonomie”
Quelles conditions ? (n’est pas plutot la dotation inconditionnelle dont vous vouliez parler ?)

Sylvain Rouvier Sylvain Rouvier ·  03 mai 2015, 11h56

ATTENTION DANGER !! Je vous conseille de lire les commentaires de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=as4… pour comprendre qui est cet escroc mythomane condamné pour un meurtre crapuleux et qui veut jouer le gourou de la radicalité.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Lire la suite

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Lire la suite