Dernière mise à jour 16/12/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La conso parano, l'angoisse de la conso par Sonia Devillers

Je suis jour­na­liste et j’ai 34 ans, bac +5 et 10 ans d’expé­rience pro­fes­sion­nelle. Dix années d’ancien­neté devrais-je dire puis­que je les ai pas­sées dans la même boîte. Je pré­cise que mon employeur prin­ci­pal n’est pas Radio France pour ceux qui pen­sent pour ceux qui ne le sau­raient pas.

Dans la même boîte donc où par­faite imbé­cile que je suis j’ai long­temps pensé que c’était un hon­neur de pou­voir signer de son nom un arti­cle tout en béné­fi­ciant d’une des con­ven­tions col­lec­ti­ves les plus con­for­ta­bles du mar­ché du tra­vail, donc je n’ai rien demandé, jamais rien demandé. De quoi être embau­chée au plus bas salaire d’une rédac­tion et ne jamais, jamais, être reva­lo­ri­sée.

Total, dix ans après j’en suis à me met­tre au 4/5ème parce que 20% de mon revenu ne suf­fi­sent pas à com­pen­ser une allo­ca­tion de la CAF et 4 ou 5 mer­credi par mois de garde d’enfants à plein temps. Cher­chez l’erreur.

[Source : France Inter - Ser­vice public - 06/03/09]

Tou­te­fois je ne me plains pas parce qu’on est deux. Deux dotés de deux jobs, deux salai­res pour éle­ver deux enfants, un luxe de nos jours. On fait parti des pri­vi­lé­giés de la société, ceux qui ont encore la chance d’avoir à arbi­trer entre les fac­tu­res ou les plai­sirs, les vacan­ces ou les loi­sirs.

Du coup, on est aussi la cible des mar­ke­teurs, sur-sol­li­ci­tés d’appels à la dépense et à l’équi­pe­ment. Vête­ments jeta­bles à renou­ve­ler sans cesse, maga­zi­nes et maga­sins de déco à tout-va, maté­riels de pué­ri­cul­ture à en per­dre la tête, télé­phone por­ta­ble, ordi­na­teur, appa­reil photo numé­ri­que, abon­ne­ment haut-débit, yoga, ostéo­pa­thie, promo sur les vacan­ces toute l’année, céréa­les de petit-déjeu­ner, 798 réfé­ren­ces de gel-dou­che, 3 pai­res de bas­kets mini­mum par per­sonne, obli­ga­tion matra­quée en fin d’année d’avoir un GPS dans sa caisse, un iPod dans les oreilles, une machine expresso dans la cui­sine. Pas d’inven­taire à la Pré­vert ni de mytho­lo­gie Bar­tienne là dedans, juste cette injonc­tion quo­ti­dienne : dépen­sez, dépen­sez, dépen­sez.

Ca y est, j’y suis, tren­te­naire, mère de famille en milieu urbain. La classe moyenne sous pres­sion que les éco­no­mis­tes disent struc­tu­rel­le­ment frus­trée, c’est moi. Struc­tu­rel­le­ment frus­trée de quoi ? De ne pas pou­voir con­som­mer, con­som­mer, con­som­mer alors qu’on m’y invite, qu’on m’y pousse, qu’on me sup­plie, qu’on me somme, qu’on me menace même main­te­nant que c’est la crise et qu’il faut, je cite, “relan­cer la machine”.

La frus­trée de ser­vice relit Guy Debord qui me dit que fut un temps, vous et moi on aurait été des pro­lé­tai­res, qu’on aurait été écra­sés, humi­liés par la classe domi­nante mais que dans une société ter­tiaire, une société d’abon­dance, on a rem­placé le pro­lé­taire par le con­som­ma­teur et qu’au con­som­ma­teur désor­mais on parle poli­ment. Parce que l’on a besoin de son aide pour écou­ler la mar­chan­dise.

La poli­tesse avant, c’était de nous fabri­quer du désir de con­som­mer mais le désir sur fond de chô­mage et de détresse, ça fait tâche ! Pas ques­tion pour autant de relâ­cher la pres­sion sur la con­som­ma­tion alors au lieu de fabri­quer du désir on fabri­que de l’angoisse, de l’angoisse qui fait con­som­mer et ce sont les médias qui, poli­ment, vont vous don­ner la clef. Vous avez peur du can­cer ? Peur de ne plus pou­voir faire d’enfant ? Peur des pro­duits chi­mi­ques qu’ils ingur­gi­tent tous les jours ? Peur de ce que vous man­gez ? Peur de ce que vous res­pi­rez ? Peur pour la pla­nète ? Peur des iné­ga­li­tés nord-sud ? Peur de l’exploi­ta­tion de l’homme par l’homme ? Peur du cli­mat ? Peur de ce que l’on va deve­nir ? Alors ache­tez. Ache­tez sans para­bè­nes, ache­tez sans for­mal­déi­des, ache­tez sans phta­la­tes, ache­tez bio, ache­tez éthi­que, ache­tez équi­ta­ble, ache­tez recy­cla­ble, mais ache­tez, ache­tez, a-che-tez !

Bon. J’en reviens à mon salaire qui n’a pas bougé, au sim­ple fait que je ne peux plus ache­ter et que je ne suis pas frus­trée. La frus­tra­tion ça allait de paire avec un désir de con­som­mer mais main­te­nant que le désir a été rem­placé par de l’angoisse, la frus­tra­tion s’est muée en sen­ti­ment d’agres­sion. Ils sont bêtes ces patrons non ? A force de ne plus nous don­ner les moyens de con­som­mer, ils vont finir par nous exclure de ce dia­lo­gue si poli qu’entre­tien­nent les ven­deurs avec les con­som­ma­teurs. En clair, ils vont refaire de nous des pro­lé­tai­res. Sauf qu’atten­tion, un con­som­ma­teur ça ferme sa gueule. Un pro­lé­taire, ça fait la révo­lu­tion.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

3.67/5

  • Note : 3.67
  • Votes : 15
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 1

Netoyens.info

Auteur: Netoyens.info

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Le grand assèchement

Lorsque demain les historiens se pencheront – une fois dissipées les brumes de l’actualité trop proche – sur la vie sociale et politique que traverse la France d’aujourd’hui, ils ne manqueront probablement pas de souligner à quel point majeur le macronisme aura magistralement et prestement vidé de sa substance le champ politique.

Lire la suite

edito.gif

Quand il suffit de traverser la rue

Comme la vie devient facile sous le règne d’Emmanuel Macron ! Tellement facile que les citoyens en arrivent presque à se demander pourquoi ils se compliquaient l’existence jusqu’à l’avènement du majuscule pédagogue aux solutions évidentes pour toutes sortes de problèmes qui taraudaient auparavant nombre de fieffés inquiets. Ainsi, la question du chômage que nous trouvions terrible il y a peu de temps encore est beaucoup moins grave qu’il y paraît dès lors que l’on accepte d’être résolument positif. Du travail il y en a partout. On change de trottoir et les emplois pleuvent comme vache qui pisse. Il faut seulement ne pas avoir peur de traverser la chaussée.

Lire la suite