Dernière mise à jour 18/10/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Crise sanitaire à Fukushima

120311-estampe.jpgPourquoi il faut de nouvelles recherches maintenant

Article de Joseph Mangano et Janette Sherman, publié sur Counterpunch le 01/08/2014, traduit de l’anglais (V. Gallais), original : The Fukushima Health Crisis

Plus de trois ans après le désastre nucléaire de Fukushima, pratiquement aucune enquête sanitaire n’a été menée ou publiée à propos des conséquences pour les Japonais. Un rapport des Nations Unies paru en avril dernier tentait essentiellement de faire l’impasse sur ce problème, estimant « improbables » des conséquences sanitaires de la catastrophe.

En fait, le comité des Nations Unies a fait une estimation très large de la pire catastrophe nucléaire de l’histoire (ou la pire depuis Tchernobyl), avant même que des études scientifiques soient réalisées. Pourtant une enquête conduite localement sonne l’alarme.

L’Université médicale de Fukushima a trouvé que 46% des enfants de la région présentaient des nodules ou kystes précancéreux et un cancer de la thyroïde a déjà été diagnostiqué chez 130 d’entre eux, au lieu de 3 attendus (selon les probabilités habituelles). De façon incroyable, l’Université détourne la science en assurant que les fusions de cœurs de réacteurs ne sont pour rien dans ces chiffres élevés.

Mais les enquêtes japonaises devraient aller bien plus loin que le dépistage de symptômes thyroïdiens. Et le Japon n’est pas la seule région où il faudrait enquêter puisque les retombées radioactives se sont répandues au-dessus de tout l’hémisphère Nord.

En 2011, nous avons estimé que 13 983 morts supplémentaires avaient eu lieu pendant les 14 semaines après l’accident à Fukushima, alors que les niveaux des retombées étaient les plus élevés – à peu près du même ordre qu’après Tchernobyl en 1986. Nous avons travaillé sur la base d’une seule statistique disponible à cette époque et mis en garde de ne pas en conclure que les retombées radioactives étaient responsables de la totalité de ces morts supplémentaires.

Des chiffres finaux sont sortis cette semaine. Le différentiel de mortalité entre 2010 et 2011 pendant les quatre mois après l’accident est de +2.63%, contre +1.54% pour le reste de l’année. La différence correspond à 9 158 morts ; elle est donc inférieure aux 13 983 que nous avions estimées mais c’est tout de même un pic non négligeable.

Encore une fois, il n’est pas question ici de conclure que seul l’accident de Fukushima est responsable de ces morts mais certaines données interpellent. Par exemple, les plus importants différentiels concernent les cinq États de la côte ouest (Océan Pacifique), qui ont reçu les plus fortes retombées de Fukushima aux États-Unis, ainsi que les cinq États voisins (Arizona, Idaho, Montana, Nevada et Utah) qui ont également reçu des retombées importantes, quoique dans une moindre mesure que le premier groupe.

L’accroissement de la mortalité au printemps 2011 a touché pour l’essentiel des personnes âgées de plus de 80 ans. Un grand nombre de ces personnes avaient une santé fragile ; l’exposition accrue aux radiations pourrait avoir avancé la date de leur mort.

Les radiations de Fukushima sont similaires à celles de bombes atomiques, rejetant plus de 100 substances chimiques non présentes dans la nature. Les radionucléides pénètrent dans l’organisme à travers les précipitations qui aboutissent dans la chaîne alimentaire. Une fois dans l’organisme, ces particules endommagent ou détruisent des cellules, entraînant des maladies ou la mort.

Des responsables de santé publique, auparavant sceptiques, admettent maintenant que les radiations, même à très faibles doses, peuvent être dommageables. Par exemple, des études ont montré que des rayons X passés sur l’abdomen de femmes enceintes augmentent le risque de cancer mortel pour l’enfant, ce qui a conduit à abandonner ces pratiques ; les retombées des essais atomiques au-dessus du Nevada ont entraîné jusqu’à 212 000 cancers chez les Américains ; les travailleurs du nucléaire sont exposés à des risques élevés pour un grand nombre de cancers.

Aussi, plutôt que de tirer des conclusions non étayées par des enquêtes scientifiques comme le fait le comité des Nations Unies, il faut conduire des recherches médicales sur l’évolution des taux de morbidité et de mortalité au Japon. Des enquêtes similaires devraient être menées également dans des pays comme la Corée, la Chine, l’est de la Russie et les États-Unis.
Ne pas connaître les conséquences sanitaires de Fukushima ne fait qu’augmenter le risque de voir de nouveau un tel désastre se produire à l’avenir.

Joseph Mangano est Directeur exécutif du Projet Radioactivité et Santé Publique. 

Janette D. Sherman MD est interne et toxicologue, et rédacteur de l’ouvrage Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment (Tchernobyl : Conséquences de la catastrophe pour la population et l’environnement).

Copyright Counterpunch, all rights reserved, reprinted with permission


En lien avec cet article :



Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Tony Tony ·  06 avril 2016, 09h46

Pour moi, il est surtout temps de passer aux énergies renouvelables et d’amorcer enfin la transition énergétique. On a déjà eu de temps de voir et de se rendre compte des dégâts causés par le nucléaire, les accidents liés au nucléaire, et le stockage des déchets radioactifs… Pourquoi continuer dans cette voie alors… Je ne comprends pas ! Lançons nous réellement dans la transition énergétique et favorisons les sources d’énergie renouvelables : http://www.fournisseur-energie.com/… ! Il reste de nombreuses sources d’énergie à exploiter.

Mick Mick ·  06 avril 2016, 10h19

Le commentaire ci-dessus est une pub pour EDF, GDF, ErDF, GRDF !!! Big Brother veille !

Merci pour cet article, Développer les énergies renouvelables est très important mais ne suffit pas.

Je pense qu’il est urgent de prendre conscience qu’il faut arrêter le nucléaire au plus vite et se donner les moyens de gérer la GIGANTESQUE MERDE que la production électronucléaire nous aura laissée. Pour des milliers et des centaines de milliers d’années.

Penser et activer la transition vers une production électrique vraiment PROPRE. On oublie souvent que le nucléaire ne sert qu’à produire de l’électricité !
Accepter les moyens de la transition vers une production électrique sans nucléaire, là est un enjeu aussi important que la transition énergétique pour les enjeux climatiques.

Même si on parvenait à ralentir le changement climatique, quel intérêt de vivre dans un monde où l’on continue à produire des déchets et à envisager la réparation des MACHINES A MERDE NUCLEAIRES ou leur remplacement

Mick Mick ·  06 avril 2016, 10h28

“même si le chemin n’est pas facile, il faut l’accepter, pour commencer à préparer le monde d’après.”

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

10 ans de plus pour les centrales nucléaires, nom d'une pipe !

Les écolos pipeaux que sont Emmanuelle Cosse, JV Placé et Barbara Pompili ne voient pas de problème à entrer dans un gouvernement libéral qui n’a comme projet de société que « croissance compétitivité innovation », qui veut bétonner des aéroports, casser le code du travail, servir le Medef… ou encore prolonger l’agonie des centrales nucléaires. On n’a pas fini de se fendre la pipe. 262

Lire la suite